Conseils

Conseils pour la conservation et l’accrochage de vos tableaux

  

Ce qu’il ne faut pas faire

- Eclairer vos tableaux avec des allogènes ou tout autre lampe forte de façon proche et directe

- Accrocher vos tableaux au dessus d’un chauffage, à proximité d’une bouche d’air conditionné ou d’un humidificateur

- Accrocher vos tableaux trop en ligne avec une fenêtre afin d’éviter le soleil et les rayons de la lune

- Eviter de passer des produits sur vos tableaux (y compris les produits soit disant pour nettoyage de tableaux et qui se comportent le plus souvent de façon néfaste)

- Clouer un cadre sur un tableau

- Ne stockez pas vos tableaux à plat les uns sur les autres, ne les roulez pas non plus

- Ne tentez jamais de recoller vous même un tableau déchiré (les colles d’usage courant comportent un grand nombre de produits chimiques et les colles de "bricolage" sont particulièrement agressives pour le tableau).

 

Ce que vous devez faire

- Utilisez des lampes basse tension inférieure à 40W

- Accrocher vos tableaux dans un lieu stable en lumière, en température (idéale entre 18 et 20°C) et en hygrométrie (taux idéal entre 50 et 60 % d’humidité relative)

- Vérifiez bien votre piton et votre cordage qui servent à accrocher votre tableau

- Mettre un demi bouchon de liège imbibé de cire, entre le bas du cadre et le mur afin d’éviter les transferts d’humidité entre le mur et le tableau

- Pour mettre un cadre, utilisez des tournettes à vis

 

Ce que vous pouvez faire pour votre tableau

- S’il y a un dépôt de poussière entre la toile et le châssis et si votre tableau ne présente pas de déplacage dans sa partie basse, vous pouvez délicatement passer un instrument plat (spatule de dentiste, manche très fin de petite cuillère) entre la toile et le châssis pour ramener la poussière puis l’aspirer avec un aspirateur de table (car moins puissant).

- Vous pouvez brosser le dos de votre tableau avec une brosse à dent et aspirer la poussière, si votre tableau ne présente aucun déplacage ou soulèvement.
La poussière accumulée entre la toile et le châssis peut occasionner des déplacages et des déformations plus ou moins importantes.

- Vous pouvez aussi, si la toile se décroche de son châssis, remettre quelques agrafes sur les côtés et non sur la face du tableau, comme on peut le voir parfois.

- Enfin, pour le nettoyage de la face, il est nécessaire de comprendre qu’il existe deux causes participant au salissement d’un tableau :
- la crasse
- le vieillissement du vernis qui brunit, jaunit ou grisaille.

Il est préférable de n’agir que sur la crasse en utilisant une eau déminéralisée que vous appliquez à l’aide d’un baton de buis enroulé d’un coton (coton tige) sur une surface de 2 à 3 cm.
Attention, si votre coton est coloré c’est que vous enlever de la peinture !
Avant de procéder, faire un test sur chaque couleur en commençant par le blanc pour établir un repère de ce que vous enlever. Au moindre soupçon, stoppez l’opération.

Les problèmes de vernis nécessitent des solvants volatils dangereux pour le tableau et pour le restaurateur, il est préférable de faire appel à un professionnel.

- En cas de déchirure, vous pouvez coller un sparadra médical au dos de la toile, en prenant soin de réajuster la toile bord à bord. Cette opération permet, dans l’attente d’une véritable restauration, de faire en sorte que la toile ne se déforme pas trop.
Le sparadra médical a le mérite de se décoller facilement tout en tenant bien et en possédant une certaine souplesse.

- Si la déchirure ou le choc ont occasionné des déplacages, récupérez les morceaux de peinture qui pourront peut être être refixés sur la toile.

 

En conclusion, il est important de bien intégrer que ce sont les variations climatiques qui engendrent le plus de dégradations sur les tableaux.
Ce qu’il faut retenir est qu‘il est plus simple d’envisager des attitudes préventives que curatives.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site